Plus de la moitié des radars ne sont pas sur des routes dangereuses. Une enquête du magazine Auto-Plus révèle que plus d’un radar sur deux n’est pas placé dans une zone à risques. Ils seraient placés selon une logique de rentabilité et non de sécurité.

La moitié des radars installés hors zones dangereuses

Les radars automatiques plus rentables que préventifs ? C’est ce que révèle une enquête du magazine AutoPlus.Depuis 2012, 52% d’entre eux ne sont pas placés sur des routes dangereuses : ” les radars n’ont pas pris place à des endroits où se produisent les accidents et où il est important de faire respecter la limitation de vitesse, mais sur des sites jugés plus rentables, sur des emplacements plus à même de remplir les caisses de l’Etat “, rapporte le magazine, qui a comparé la carte officielle des accidents survenus en 2012 et position réelle des radars implantés depuis la fin de cette année référence.
Les radars discriminants, qui distinguent les voitures des camions, sont 56% à ne pas avoir été installés sur les lieux d’un accident. Des responsables de la sécurité routière contestent la méthodologie de l’enquête. Ils rappellent que les radars ont permis de sauver plus de 30 000 vies en douze ans.