Gossip est la nouvelle application qui fait fureur notamment auprès des jeunes, et plus encore dans les cours de récréation. Gossip vient du mot “ragot” en anglais et se base sur la série à succès des années 2010 Gossip Girl, arrêté depuis, elle permet de poster anonymement des informations sur ses amis, mais surtout de lancer des rumeurs. Elle a été fermée le 29 avril 2015 parce que son créateur, David Byttow, était en désaccord avec l’utilisation malicieuse qu’en faisaient les gens. Mais le débat n’est pas clos.

Gossip, l’appli de ragots qui encourage le cyberharcèlement à l’école

L’application de la jeune française, Cindy Mouly, reprend le même concept de la série télévisée et permet aux jeunes détenteurs de l’application de lancer gratuitement et anonymement un message auprès des contacts de son répertoire. Le message peut être ainsi relancé indéfiniment par les contacts, et c’est ainsi que les rumeurs les plus nauséabondes circulent en boucle sur tous les téléphones des ados. Le harcèlement à l’école existait bien avant les smartphones. Mais évidemment ce genre d’application n’arrange rien.

La rediffusion de ces messages est intraçables et les problèmes sont nombreux depuis plusieurs semaines dans les cours de récréation. Cette application fait la part belle aux rumeurs sur la vie amoureuse et sexuelle principalement des jeunes ados, les remarques mesquines sur le physique fait également partie des principaux messages relayés via l’application.
Gossip a vocation a “démocratiser les ragots de façon anonyme”, le tout, sans qu’il y ait de garde-fou ou d’équipe de modération pour contrôler les centaines de milliers de messages lancés quotidiennement.

Deux syndicats de lycéens ont réclamé l’interdiction de Gossip

Cette semaine, deux syndicats de lycéens ont réclamé l’interdiction de Gossip. La ministre de l’éducation nationale a appelé cette semaine à “une extrême vigilance”. Selon ses détracteurs, l’application, très appréciée des jeunes, encourage le harcèlement en ligne. Sur Internet, les jeunes sont les premières victimes de la cyberviolence. Face aux critiques, l’application a été suspendue, en attendant des améliorations. (Video source LCP Assemblée nationale)

L’anonymat  fait des ravages

Ainsi donc, les dérives sont fréquentes et l’anonymat permet aux jeunes d’avoir bonne conscience sans se préoccuper des ravages que peuvent subir leurs collègues injustement harcelés.

Cette application fait repenser aux forums en ligne ou l’anonymat a fait des ravages ces dernières années, notamment via Ask.fm qui a engendré la mort de plusieurs adolescents. Les harceleurs sont protégés par l’anonymat et ne sont que très rarement identifiés.

Le harcèlement en ligne est un phénomène en plein essor ces dernières années, les jeunes ne sont pas les seuls à subir, 4 personnes sur 10 affirment avoir été victimes d’une agression en ligne.

L’application Gossip devrait prochainement se doter d’une modération performante pour limiter les abus en la matière, reste à chacun de se sensibiliser aux dangers du web.

Gossip, l’application de rumeurs française qui inquiète élèves et enseignants

Gossip, l’application de rumeurs française qui inquiète élèves et enseignants

Appli Gossip: Vallaud-Belkacem appelle à une “extrême vigilance”

La ministre de l’Education nationale a appelé mercredi à “une extrême vigilance sur la teneur des messages qui seraient mis en ligne” sur Gossip, l’application d’échange de “potins” de manière anonyme, dont l’interdiction a déjà été réclamée par plusieurs syndicats lycéens.

Dans un communiqué, Najat Vallaud-Belkacem demande également aux recteurs d’académie, avec l’aide des chefs d’établissement des lycées et collèges, de signaler aux procureurs de la République “tous propos injurieux ou diffamatoires proférés à l’encontre d’élèves ou de personnels”. Selon elle, “la réouverture de cette application pourrait venir affecter un climat serein au sein des établissements”.

 

Selon la créatrice de la plateforme, Cindy Mouly, les utilisateurs accèdent aux “potins” postés par leurs contacts, mais peuvent aussi accéder aux “ragots concernant un de [leurs] contacts mais qui sera posté par des personnes qui ne font pas partie de vos répertoires téléphoniques ni de Facebook”.

Mardi, plusieurs syndicats lycéens avaient réclamé l’interdiction de Gossip, affirmant que cette plateforme a induit un climat malsain dans plusieurs établissements scolaires et qu’elle favorise le harcèlement.

Najat Vallaud-Belkacem, qui déclare considérer “la lutte contre le harcèlement scolaire comme l’une des priorités”, dit vouloir continuer à  “prévenir des dangers du cyberharcèlement”.

Le boom des applications anonymes

Les applications anonymes se multiplient en même temps que les polémiques aussi. Aux Etats-Unis, “Secret” permettait de partager des messages anonymes avec l’ensemble de son répertoire téléphonique, cette application a été accusée de favoriser le harcèlement et ce même après plusieurs refontes, l’entreprise à été contrainte de fermer ses portes. De nombreuses applications anonymes se sont heurtées à des problèmes de modération.

Pour la présidente de la FIDL, modérer Gossip ne réglera pas le problème, son principe même serait inacceptable. Même conclusion du côté de l’Observatoire international de la violence à l’école (OIVE) : « La philosophie de Gossip est inacceptable », explique Catherine Blaya, présidente de l’Observatoire.