Nous n’en sommes qu’aux balbutiements du progrès technologique et les ordinateurs pourraient bientôt être capables de transmettre la complexité humaine, a prédit un éminent informaticien.

Sebastian Thrun, qui a notamment fondé le laboratoire Google X où le géant d’internet a développé ses lunettes connectées Google Glass ou encore ses voitures sans conducteur a indiqué que si “cela paraît aujourd’hui inimaginable, nous n’en sommes pas aussi loin que ce que les gens pensent”.

Tout comme les ordinateurs transmettent des données informatiques, ils pourraient bientôt transmettre la complexité et la “personnalité” humaine, a-t-il ajouté jeudi en marge d’un opéra à l’université de Stanford (Californie, ouest des Etats-Unis) qui avait pour personnage central l’informaticien Doug Engelbart, pionnier d’internet.

“Je pense que nous n’avons qu’effleuré la surface de toutes ces technologies. Presque tout ce qui intéressant n’a pas encore été inventé.” 

“Peut-être pourrons-nous atteindre le point où nous serons capables de faire passer nos expériences personnelles par un ordinateur et peut-être même notre personnalité. Peut-être qu’un jour nous aurons la démonstration d’un ordinateur qui serait ‘Sebastian'”, a estimé l’informaticien allemand.

Il avait déjà prédit par le passé plusieurs inventions telles que les voitures volantes, les ordinateurs que l’on pourrait implanté dans le corps humain ou encore des traitements médicaux qui réduiraient drastiquement le nombre des morts non naturelles. Mais Jaron Lanier, un pionnier de la réalité virtuelle dont les ouvrages sur la philosophie des ordinateurs font référence, doute que l’on puisse un jour partager informatiquement sa personnalité.

Il a de plus mis en garde contre les progrès technologiques susceptibles d’accroître les inégalités.