L’année 2015 a été la plus chaude jamais enregistrée à la surface du globe depuis le début des relevés de températures en 1880, a annoncé jeudi l’Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Le mois de juillet le plus chaud depuis 135 ans

Non seulement juillet a battu un record de chaleur sur la Terre pour ce mois depuis plus d’un siècle mais “la température y a également été au plus haut de tous les mois pour la période 1880-2015”, a souligné la NOAA dans un communiqué.

La température moyenne combinée à la surface des terres et des océans en juillet 2015 s’est située 0,81°C au-dessus de la moyenne du 20e siècle (15,8°C), surpassant de 0,08 degré le précédent record établi en juillet 1998. Juillet qui est normalement le mois le plus chaud de l’année globalement a été cette année avec une température globale de 16,61°C le plus chaud de tous les 1.627 mois depuis janvier 1880.

Par exemple la sécheresse continue ses ravages dans l’Ouest américain, notamment en Californie. Près de Los Angeles, Salton Sea, la deuxième plus grande étendue d’eau intérieure des Etats-Unis, est en train de disparaître.

La glace fond en Arctique

Cette hausse du mercure n’a pas été enregistrée seulement sur la terre, mais aussi à la surface des océans, notamment dans les régions de l’ouest de l’Atlantique et l’est et la région équatoriale de l’océan Pacifique et l’Arctique.

D’après le rapport de la NOAA, le record de 2010 a été largement dépassé avec une hausse de 0,67°C. Selon le même rapport, ces hausses sont estimées entre 1 et 2°C. Avec ce réchauffement climatique très rapide, l’étendue des glaces arctiques se réduit. Durant le mois de juillet seulement, sa réduction a été estimée à 906 495 km2. Ce qui la classe la plus importante depuis 2009. Dans le même rapport, la concentration des gaz à effet de serre, premier responsable de cette catastrophe naturelle, a connu son pic cette année battant le record de 2014.

La température en juillet augmente actuellement de 0,65 degré C en moyenne par siècle, précise la NOAA.