La plupart verront dans Tree, l’œuvre du plasticien McCarthy un “sapin géant” ou une toupie renversée mais d’autres y voient au contraire un symbole phallique, un sextoy géant, voire un plug anal. Le débat artistique a dégénéré jeudi en agression quand Paul McCarthy a été frappé par trois fois au visage par un homme.

A l’occasion de l’ouverture de l’espace culturel de la Monnaie de Paris et dans le cadre de la FIAC 2014, l’œuvre de Paul McCarthy, «Tree», est exposée Place Vendôme en collaboration avec le Comité Vendôme et la FIAC. L’œuvre de l’artiste américain scandalise l’opinion Parisienne. Cette structure gonflable verte de 24 mètres censée représenter un sapin de Noël a curieusement la forme d’un sex toy, du moins pour certains. McCarthy divise aussi bien les Parisiens des quartiers chics que les internautes qui ont réagi vivement sur les réseaux sociaux notamment.

La satire de l’Amérique comme source d’inspiration

Paul McCarthy de 69 ans est une grande la figure d’art contemporain qui fait toujours réagir celui qui l’observe. Depuis les 70 et ses nombreux “happenings” il a toujours voulu éliminer les frontières entre artiste et spectateur. Dans les années 90, il explore l’univers de la sculpture, souvent sur des thèmes tabous : le corps, la sexualité, les rituels initiatiques.

Paul McCarthy aime créer des parodies grotesques, en travaillant sur les thèmes de la famille, de l’enfance, et de la violence corporelle. Il transforme ainsi le familier en sculptures totalement dérangeantes.

Paul McCarthy est en train de faire l’unanimité auprès des habitants de la capitale: ceci n’est pas un sapin.