Lors de la conférence pour développeurs F8 2017, le géant américain Facebook a dévoilé ses dernières innovations et ses projets pour le futur, dont la réalité virtuelle.

La ligne qui sépare le réel et le virtuel est en train de disparaitre. Facebook suit cette voie, ouvert par Pokémon Go et Snapchat avec ses effets ludiques, a confié Mark Zuckerberg, le patron de la firme américaine. La conférence F8, qui a eu lieu mardi, a été l’occasion pour le dirigeant de dévoiler une vision du futur où il imagine un mélange des réalités, non seulement pour jouer.

Une plateforme pour la réalité augmentée

Selon Mark Zuckerberg, la réalité augmentée va se démocratiser avec des lunettes d’ici quelques années, avec une superposition directe des informations et des objets virtuels à notre vision. Au moment où on attend la miniaturisation, une plateforme bêta centrée autour de la caméra du smartphone est lancée par Facebook.

Comme Snapchat, Facebook commence par miser sur les effets ajoutés aux vidéos (transformations de visages en animaux, …).

Pour se démarquer, Facebook ne se contente pas d’ajouts « passifs ». Il envisage l’utilisation de la réalité augmentée afin d’offrir des expériences interactives. Avec les progrès de la vision machine accomplis par l’équipe du Français Yann LeCun, arrivé chez le géant américain en 2013, Facebook est capable de faire la reconstruction d’une scène en 3D, qui permet par exemple de jouer à des jeux sur des objets qui nous entourent, ou de travailler en collaboration sur un projet ou d’ajouter un lien pour effectuer un achat. Dans ce domaine, Facebook défie le Project Tango de Google.

Spaces, le social virtuel

Expérimenté en 2016, Spaces, un espace social en réalité virtuelle pour la plateforme Oculus a été officiellement lancé par l’entreprise.

Le fonctionnement de Spaces est simple. Pour commencer, on crée un avatar 3D à partir de sa photo de son profil Facebook, puis on s’amuse avec ses amis, on peut chatter et partager des photos et des vidéos à 360° avec eux.

Aussi immersive et fun que cela puisse être, il reste un problème que Facebook tente de résoudre : l’utilisation d’un casque sur la tête, isolant l’utilisateur du monde extérieur, ce qui est une expérience plutôt antisociale. L’an dernier, malgré toutes les promesses, les ventes n’ont pas décollé, avec seulement 6 millions de casques vendus (Oculus Rift, HTC Vive, Playstation VR), estime Super Data. C’est probablement l’une des raisons pour laquelle Mark Zuckerberg a insisté sur la réalité augmentée lors de cette conférence.