Ce mardi, un projet de loi concernant la possibilité de censure des informations sur internet a été voté sans aucun problème par le parlement. En effet, selon l’Etat hébreu depuis 2015, il y a sur le net des contenus qui incitent les Palestiniens à perpétrer des violences contre leur peuple.

 

La nouvelle Loi

La nouvelle loi donne notamment l’autorisation à la justice de filtrer et de supprimer les contenus indésirables : ce qui incite à la violence. Selon le communiqué officiel, maintenant le tribunal pourrait bien supprimer des contenus qu’il juge inacceptable. Des contenus qui, selon ses mots exactes, peuvent être : «un danger réel pour la sécurité d’un individu, la sécurité du public ou la sécurité du pays ». Les sites comme Facebook, Youtube, Google peuvent être le plus touché par cette loi appuyée par le gouvernement, lui-même, à travers ses représentants, la ministre de la justice Ayelet Shaked et Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure.

Aussi, pour éviter le terrorisme ou les assassinats contre le peuple israélien, il est impératif pour eux de se protéger, selon encore le communiqué. Ainsi, cette loi est et sera d’une importance capitale pour la sécurité intérieure même de l’Etat autant pour aujourd’hui que demain.

Facebook examiné de prêt

Ce projet de loi touche encore davantage le plus utilisé des réseaux sociaux. C’est même pour cette raison que le projet a été appelé “projet de loi Facebook” par les Israélien eux même. Déjà en septembre, Israël s’est entretenu avec des responsables de Facebook pour discuter des termes de cette censure. Une censure, qui va surement avoir un effet sur la liberté d’expression et d’information, fait inquiéter les ONG et les Palestiniens. Avec déjà 95%, des publications qu’Israël avait demandées de retirer par Facebook ont été déjà réalisés par ce dernier. Cela crée ainsi la crainte de toutes les communautés pour la démocratie affirmant qu’il s’agit d’un projet de loi sans précédent.