Les roi et reine de la musique américaine Pharrell Williams et Beyoncé pourraient ajouter un triomphe de plus à leur palmarès dimanche lors de la cérémonie des Grammy Awards à Los Angeles, pour laquelle ils partent en tête des nominations aux côtés de la révélation Sam Smith.

Beyoncé, artiste qui a reçu le plus de nominations aux Grammys, les plus hautes récompenses de l’industrie musicale américaine, mais qui n’a jamais remporté le trophée de l’album de l’année, pourrait le décrocher cette fois-ci pour l’album portant son nom.

Sorti en décembre 2013 après avoir gardé sa préparation dans le plus grand secret, “Beyoncé” avait créé la surprise et remis en question les modes de diffusion et les plans marketing traditionnels du secteur.

“La reine B” avait établi un record en 2010 en remportant six Grammys en une seule soirée. Cette année, elle est nommée six fois notamment pour son album, qui comprend le tube “Drunk in love”, ode à l’amour physique et conjugal chantée en duo avec son époux Jay Z.

Pharrell Williams, producteur, compositeur et chanteur surdoué longtemps resté dans l’ombre, pourrait aussi récolter enfin l’ultime reconnaissance d’une carrière amorcée dans les années 90.

Le quadragénaire aux airs adolescents et au look street-chic peaufiné par son épouse icône de mode – Helen Lasichanh – a fait danser la planète deux années de suite avec une série de tubes: “Blurred lines”, un duo avec Robin Thicke, “Get lucky”, des Français Daft Punk, et le phénoménal “Happy”, titre phare de son album “Girl”, pour lequel il est en lice. Lui aussi part avec six nominations, ex-aequo avec Beyoncé et Sam Smith.

Voix féminines influencées par le R&B

Le chanteur de soul britannique de 22 ans aux yeux bleus et à la voix plaintive Sam Smith a conquis l’Amérique et le monde avec ses ballades “Stay with me” (Reste avec moi) et le plus rythmé “I’m not the only one”, et son premier album “In the lonely hour”.

L’an dernier, le groupe de musique électronique Daft Punk avait triomphé en remportant les titres de meilleur album et meilleur enregistrement de l’année pour “Random access memories”, une victoire historique pour la France dans le temple de la musique anglo-saxonne.

L’auteur-compositeur multiforme Beck, optant parfois pour les rythmes électriques, rap ou les ballades à la guitare sèche, pourrait aussi brasser plusieurs récompenses dimanche au Staples Center, où se déroule la cérémonie: il part avec quatre nominations, tandis que le Britannique Ed Sheeran concourt également dans la catégorie du meilleur album.

Les nominations de cette année distinguent les voix féminines influencées par le R&B, notamment dans la catégorie du meilleur enregistrement musical de l’année.

Iggy Azalea, rappeuse et mannequin australienne de 24 ans, l’une des révélations de 2014, est ainsi nommée quatre fois pour son album et le titre éponyme “Fancy” auquel participe la chanteuse Charli XCX.

Meghan Trainor est elle aussi distinguée pour “All about that bass”, plaidoyer groove en faveur des formes généreuses.

Sia, qui vient également d’Australie et est également influencée par le R&B, est nommée pour “Chandelier”. C’est sa nomination la plus importante dans une carrière de plus de vingt ans. Elle avait néanmoins été nommée il y a deux ans dans la catégorie rap.

Taylor Swift leur fait concurrence pour son méga-tube “Shake it off”, tiré de l’album “1989”, un énorme succès dans une industrie aux ventes qui ont souffert de l’internet.

L’album de Taylor Swift a été le plus vendu en 2014. Quatre millions d’exemplaires ont déjà été écoulés, mais il est sorti trop tard l’an dernier pour pouvoir concourir dans la catégorie meilleur album de l’année.

U2, l’un des groupes les plus récompensés dans l’histoire des Grammys, est nommé pour le meilleur album rock avec “Songs of innocence”, malgré sa diffusion controversée sur iTunes en septembre.