La Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) reproche au géant des réseaux sociaux d’utiliser les données personnelles de ses utilisateurs dans des cadres commerciaux, notamment publicitaires.

L’année dernière, la CNIL a déjà condamné un géant américain du web : Google. Ce 16 mai, c’est à Facebook que la CNIL vient de s’en prendre. Elle a condamné le réseau social à l’amende maximale de 150 000 euros, l’accusant « de nombreux manquements à la loi Informatique et Libertés » dans sa gestion des données des utilisateurs.

Cette sanction est la plus élevée qui soit. « Le nombre des manquements (6 au total), leur gravité et le nombre important d’utilisateurs en France (33 millions) » justifient, selon la CNIL, cette amende.

Selon la CNIL, les données personnelles des utilisateurs de Facebook sont exploitées à des fins commerciales par le réseau social. « Il a notamment été constaté que Facebook procédait à la combinaison massive des données personnelles des internautes à des fins de ciblage publicitaire. Il a aussi été constaté que Facebook traçait à leur insu les internautes, avec ou sans compte, sur des sites tiers via un cookie. » Facebook espionne donc les internautes à l’aide des cookies, laissés sur l’ordinateur d’une personne lorsqu’il visite un site internet.

S’adressant à l’AFP, la firme de Mark Zuckerberg a déclaré qu’elle prend acte de la décision de la Cnil, avec laquelle elle est « respectueusement en désaccord ». Facebook n’a cependant pas précisé s’il avait l’intention de faire appel devant le Conseil d’Etat. Facebook a ajouté que « donner aux utilisateurs le contrôle sur la confidentialité de leurs données est au cœur de tout ce qu’il fait ». Il a également assuré respecter « depuis longtemps la loi européenne sur la protection des données ».