Près de 75% des foyers français ne protègent pas correctement leur borne wifi domestique, rendant leurs ordinateurs, téléphones et autres équipements connectés aisément accessibles aux pirates informatiques, selon une étude publiée par l’éditeur de logiciels antivirus Avast Software.

Conséquence directe, les ordinateurs, téléphones et autres équipements connectés sont aisément accessibles aux pirates informatiques. Cette enquête, menée en novembre, s’appuie sur 16 000 clients français d’Avast. Les Français sont ainsi 10% à déclarer ne pas utiliser de mot de passe pour protéger leur réseau wifi et 24% à utiliser comme mot de passe “leur adresse, leur nom, leur numéro de téléphone, le nom de leur rue ou d’autres mots faciles à deviner”.

75% des foyers français s’exposent à une cyberattaque

D’après l’enquête d’Avast, menée en novembre auprès de plus de 16.000 de ses clients français équipés d’un réseau wifi domestique, “la vaste majorité des routeurs (…) ne sont pas sécurisés”. Les Français sont ainsi 10% à déclarer ne pas utiliser de mot de passe pour protéger leur réseau wifi et 24% à utiliser comme mot de passe “leur adresse, leur nom, leur numéro de téléphone, le nom de leur rue ou d’autres mots faciles à deviner”.

En outre, plus de la moitié des routeurs sont “mal sécurisés par défaut”, avec des combinaisons de codes d’accès “beaucoup trop évidentes, telles que ‘admin/admin’ ou ‘admin/motdepasse'”, selon Avast.

Selon l’éditeur d’antivirus, 5% des bornes wifi françaises sont même “accessibles de l’extérieur” du domicile. Une proportion identique de sondés admet d’ailleurs avoir utilisé le réseau d’un de leurs voisins à son insu. Le manque de sécurité des routeurs en fait “des points d’entrée très faciles d’accès pour les hackeurs, qui sont dès lors capables de pirater des millions de réseaux domestiques en France”, a affirmé Vince Steckler, directeur général d’Avast, lors d’un point presse.

Un Français sur cinq rapporte avoir déjà subi un piratage informatique, et 34% redoutent un vol d’informations personnelles ou de données bancaires et financières. Cependant, 42% sont persuadés que leur réseau domestique est suffisamment sûr.
Avec l’AFP