Le studio Sony Pictures enquête sur la possibilité que des pirates nord-coréens soient à l’origine de l’attaque informatique menée en début de semaine contre son réseau informatique, a rapporté le site d’informations technologiques Re/code. Le lien entre cette attaque et la Corée du Nord n’a pas été établi mais il n’a pas non plus été écarté, a indiqué samedi Re/code, qui cite des sources proches du dossier.

Sony piraté, cinq films dont”Fury” et “Annie” mis en ligne illégalement

Le piratage, qui aurait été conduit depuis la Chine, a coïncidé avec la sortie du film “L’Interview qui tue!” (“The Interview”), distribué par Sony, qui dépeint un complot de la CIA pour assassiner le numéro un de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, note le site.

Le film avait rendu furieux les dirigeants de la Corée du Nord, les médias d’Etat promettant des “représailles impitoyables”. Dans ce film, un présentateur, incarné par James Franco, et un producteur (Seth Rogen) obtiennent une rare interview avec le numéro un du régime nord-coréen, mais ils sont recrutés par l’agence américaine de renseignements pour l’assassiner.

Dans la cyberattaque révélée mardi, les pirates menaçaient de rendre publiques des informations stratégiques sur cette filiale du groupe japonais Sony, selon le site spécialisé The Next web. La totalité des employés de Sony Pictures à Los Angeles avaient été renvoyés chez eux, avec la consigne de ne pas se connecter au réseau informatique de la société, selon Next web.

Certains films n’avaient pas encore de date de sortie

A l’heure d’écriture de cet article, la copie piratée du film était le deuxième long-métrage le plus téléchargé sur le site de téléchargement illégal The Pirate Bay.

Outre le film de Brad Pitt, quatre productions sont désormais en ligne: la comédie musicale Annie, avec Jamie Foxx et Cameron Diaz (sortie le 19 décembre aux Etats-Unis, le 25 février en France) Mr. Turner, avec Timothy Spall et Paul Jesson (le 19 décembre aux Etats-Unis, le 3 décembre en France), Still Alice, avec Julianne Moore et Kristen Stewart (16 janvier aux Etats-Unis, pas de date de sortie française), et To Write Love On Her Arms, avec Kat Dennings (sortie en 2015 aux Etats-Unis, pas de date de sortie française).

Reste à savoir combien ces fuites vont coûter à Sony Pictures. La sortie en ligne d’un film avant sa sortie en salle peut lui coûter jusqu’à 20% de ses recettes, selon une étude publiée cet été par des universitaires américains. The Expendables 3, dont une copie avait été mise en ligne, avait rapporté moins de 40 millions de dollars, contre les 103 et 85 millions des deux premiers opus.

Une photo postée sur le réseau social Reddit par une personne se présentant comme étant un ancien employé de Sony montrait une page avec les mots “Piraté par #GOP”, dénomination d’un groupe de pirates baptisé “Guardians of peace” (les Gardiens de la paix).

avec l’AFP