Un office allemand de protection des données a intimé mercredi à Google de modifier ses pratiques de divulgation des informations personnelles, un nouvel épisode dans la lutte entre le géant américain de l’internet et les autorités dans plusieurs pays européens.

Johannes Caspar est en pointe dans le combat contre Google

L’Autorité de protection des données de la ville-Etat de Hambourg (nord) a demandé à Google de “prendre les dispositions nécessaires pour placer les pratiques d’exploitation des données sur ses utilisateurs allemands sur une base légale recevable”, selon un communiqué.

Dans le collimateur de l’Autorité, dont le président Johannes Caspar est en pointe dans le combat contre Google, l’élaboration par l’entreprise de profils d’utilisateurs compilant sans leur autorisation des données sur les internautes, par exemple leur âge ou leur situation de famille.

L’Autorité, compétente parce que Google Allemagne est basé à Hambourg et dont les décisions valent pour l’ensemble du territoire, a émis dès septembre dernier une ordonnance administrative pour obliger Google à changer ses pratiques en la matière – pratiques en vigueur depuis 2012.

La défiance est forte à l’égard de Google

Mais la société avait déposé un recours, qui a été examiné ces derniers mois. A l’issue de cette procédure “certains points de forme soulevés par Google ont été retenus et l’ordonnance adaptée en conséquence, mais sur le fond le recours a été rejeté”, selon le communiqué.

Si Google n’obtempère pas, il risque une amende à chaque infraction. Le groupe a toutefois un mois pour éventuellement porter plainte devant un tribunal administratif.

La défiance est forte à l’égard de Google dans une Allemagne très attachée pour des raisons historiques au respect de la vie privée. L’introduction par le groupe de son service Streetview, base de données de photos de rues et d’immeubles des villes, avait également suscité une levée de boucliers. Par ailleurs beaucoup d’éditeurs allemands de presse sont en conflit ouvert avec la société sur le respect des droits d’auteur.

Au niveau européen Google est sous le coup depuis 2010 d’une enquête pour abus de position dominante, qui pourrait rebondir prochainement, avec une communication des griefs transmise à l’intéressé, a récemment confié une source proche du dossier à l’AFP.