C’est en ces termes que Mark Zuckerberg s’est exprimé dans un communiqué publié sur Facebook, suite à la non-adhésion des partenaires Indiens à son projet de création d’internet.org, un Internet gratuit mais limité à certains sites tels que la météo, des offres d’emploi : soit une quarantaine de partenaires choisis et bien sûr Facebook dans 9 pays émergents.

Mark Zuckerberg s’insurge contre cet amalgame

Accusé de nuire à la neutralité du net puisque Facebook choisirait les services accessibles sur Internet.org, le fondateur et patron de Facebook s’insurge contre cet amalgame. Que Mark Zuckeberg veuille imposer ses choix et influencer les clients potentiels au travers d’un projet soit disant philanthropique, telle est la crainte émise par les entreprises indiennes qui ont dit “NON” au projet.

Relier gratuitement les habitants des nouveaux pays industrialisés au reste du Monde, mettre des talents à l’honneur et en faire profiter la planète, telle était l’idée de départ de Mark Zuckenberg. Bien sûr, l’idée n’était pas purement désintéressée puisque le PDG du réseau social Facebook espérait toucher près d’un milliard de personnes grâce à ce service.

Pourtant, Marck Zuckerberg estime et clame que les personnes les plus désavantagées de la société devraient pouvoir accéder à une telle opportunité.

Les sociétés de télécommunication locales indiennes ont également alimenté le débat.

Alors que récemment l’opérateur Airtel a proposé à ses utilisateurs de faire une économie substantielle sur le coût de la consommation des données en se connectant gratuitement à des applications partenaires mais en avantageant ces applications, il est utile de se positionner sur la neutralité du Net.

Alors, qu’en penser ? Internet.org suscite-t-il un conflit d’intérêts ou est-il le projet visionnaire d’un PDG moderne ?
A vous de choisir…