L’auteur d’un long manifeste sexiste a été finalement renvoyé de Google. Pour rappel, l’homme en question a estimé la gent féminine naturellement moins prédisposée à devenir ingénieur que son homologue masculin.

Un vieux problème de genre toujours non résolu

Vendredi 4 août, un mémo interne rédigé par James Damore a fait le gros titre des médias. L’employé de Google a écrit un long mémoire centré sur la discrimination positive à l’encontre des femmes en ce qui concerne l’accès de celles-ci au poste de direction et à des postes techniques.

Selon l’auteur, la différence d’accès aux postes entre les deux sexes trouve leur origine dans l’essence même de chaque être.

Pour cet ancien employé de Google, l’homme est plus intéressé par les choses et est plus concentré sur les idées contrairement aux femmes qui sont plus sentimentales et plus intéressées aux personnes.

Il parle donc d’incommodité sur le fait que le poste d’ingénieur puisse revenir naturellement ou de manière forcée aux femmes. Il ajoute encore que les femmes supportent mal le stress en situation de crise.

James Damore est allé jusqu’à critiquer la position de Google et même du gouvernement qu’il accuse de s’aliéner au « politiquement correct ». Il a même soutenu que les stages offerts aux minorités sont inutiles pour conclure son manifeste.

En tout cas, le cas de James Damore remet le débat sur la place de la femme dans les postes décisionnels et techniques dans les entreprises de la Silicone Valley. Pour sa part, le numéro un de Google, Sundar Pichai a tenu à préciser que la liberté d’expression est soutenue dans son entreprise. Cependant, le propos soutenu par James Damore était à l’encontre des principes de Google.