Un Français sur quatre donne en ligne et si les seniors privilégient les sites des associations, les plus jeunes plébiscitent les nouveaux outils, sur lesquels les associations doivent miser, indique vendredi le 5e baromètre sur les e-donateurs LIMITE-Ifop.

Les plus jeunes restent un segment difficile à atteindre pour les associations

Le don par Internet “se banalise” et le clivage devient “marqué entre les seniors, qui privilégient le +e-don classique+ (via les sites internet des organisations), et les plus jeunes, qui intensifient leur utilisation des nouveaux outils de don en ligne (réseaux sociaux, sites de partage vidéo, microdon, page personnelle de collecte, don par SMS et par Internet via leur smartphone, etc.)”, selon ce baromètre.

“Les plus jeunes restent un segment difficile à atteindre pour les associations et à convertir à l’acte de don. Pour autant, ces nouvelles générations très connectées sont sensibles et réceptives à tout ce qui se passe sur le web. Les associations ont tout à gagner à y être présentes sous de multiples formes à la fois pour permettre les dons dématérialisés mais également pour gagner en visibilité”, analyse Jérôme Fourquet, directeur du département Opinion et stratégies d’entreprise de l’Ifop.

En 2013, les dons collectés sur Internet représentaient 9% (200 millions d’euros environ) de l’ensemble des dons déclarés par les Français, qui s’élevaient à 2.226 millions d’euros. “Certaines associations en pointe sur internet récoltent les fruits de leur travail puisque leur e-collecte peut atteindre 20% de leurs dons (les Restos du Coeur, par exemple)”, précise l’étude.

L’agence Limite préconise d’investir massivement les réseaux sociaux, les plateformes de partage vidéo et tous les nouveaux outils de communication et de collecte en ligne, d’adapter les sites internet aux versions mobiles, d’améliorer l’information en ligne et de cibler leurs publics grâce au webmarketing. Autre recommandation: partir à la conquête des donateurs étrangers, comme le font leurs consœurs étrangères.

Etude réalisée par questionnaire auto-administré en ligne du 9 au 15 janvier 2015 auprès d’un échantillon de 476 e-donateurs français, extrait d’un échantillon de 2.003 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.