Qu’il s’agisse de l’industrie, de la médecine, de l’exploration spatiale tout autre secteur, les robots sont de plus en plus présents dans nos vies, voire quelques fois indispensables. Ils sont également de plus en plus performants mais possèdent malgré tout un talon d’Achille : leur vulnérabilité en cas de panne ou dommage matériel.

Le robot tente alors plusieurs techniques pour reprendre sa progression

Pour faire progresser la technologie, quelle plus belle source d’inspiration que la nature ? En effet, tout être vivant est capable de s’adapter en cas de blessure. Par exemple, un animal qui a mal à une patte va adapter sa démarche pour continuer d’avancer en se faisant le moins mal possible. Les robots sont dépourvus de cette capacité d’adaptation ou, devrions-nous plutôt dire “étaient”… jusqu’à aujourd’hui.

Une équipe de quatre scientifiques, ont mis au point un algorithme qui permet à un robot en panne de trouver une solution adaptative en moins de deux minutes. Le principe est simple : un robot-araignée hexapode autonome avance ; lorsqu’on débranche une de ses pattes, l’algorithme se met en route. Fonctionnant sur un système d’essai-erreur, le robot tente alors plusieurs techniques pour reprendre sa progression, jusqu’à trouver la plus efficiente. En une quarantaine de secondes, le robot-araignée réussit à trouver une technique de marche et reprend son avancée de manière moins élégante, certes, mais à une vitesse équivalente à 96 % à l’originale.

L’algorithme d’apprentissage par essai-erreur s’inspirent des comportements animaux et humains en cas de blessure : le robot ne va pas chercher à connaître son problème, mais à y remédier. Pour cela, il réalise une auto-simulation en vue de cartographier ses comportements les plus performants. Cela lui permet alors de “déduire” les comportements et attitudes compensatoires les plus efficaces et de les combiner pour les adopter et s’adapter à sa panne.

Si l’algorithme doit encore être testé sur différents types de robots et en conditions réelles, les espoirs de mettre en application cette technologie évolutionniste se portent notamment pour le sauvetage et les missions en terrain hostile.