A 2h24 GMT, le 21 septembre 2014, la sonde spatiale a réussi sa mise en orbite, aboutissement flamboyant d’un voyage de 711 millions de kilomètres qui a duré 10 mois. Il lui faudra encore 6 semaines pour stabiliser son orbite. Ses huit instruments pourront alors commencer leurs relevés. Ceux-ci concerneront notamment les pertes en gaz (dioxyde de carbone, azote et vapeur d’eau) de la planète et leurs structures, ainsi que l’influence des vents solaires et l’interaction de la planète avec le Soleil.

La sonde Maven doit permettre aux chercheurs d’étudier l’atmosphère de la planète rouge, et de reconstruire son passé, afin de mieux cerner l’évolution de l’environnement martien. Ils espèrent ainsi comprendre comment l’eau autrefois présente a pu disparaitre, mais aussi les causes de la disparition partielle de l’atmosphère martienne. En effet, on sait que par le passé, il y a plus de quatre milliards d’années, la planète abritait de l’eau, mais qu’aujourd’hui, l’atmosphère n’est plus assez épaisse pour la retenir, transformant la planète en un désert glacé et sec. Ces études donneront ainsi des informations intéressantes sur la manière dont les changements atmosphériques ont modifié l’environnement de la planète et sa potentielle habitabilité.

La mission de la sonde durera un an, au cours duquel des relevés seront effectués sous toutes les latitudes de la planète. Elle sera rejointe dans deux jours par la sonde indienne Mangalyaan, signe du profond intérêt que suscite la planète rouge. D’ailleurs, les données récoltées pourraient également servir pour mettre en place une future mission humaine sur la planète rouge, dans les années 2030.