Google ne cesse de surprendre avec des projets parfois ambitieux. Cette fois, la firme de Mountain View s’est focalisée sur l’accès au Web via un réseau 5G. Celui-ci a la particularité d’être construite via des drones solaires.

Au Nouveau-Mexique, le projet Skybender prend forme

Nous connaissions déjà la volonté de Facebook de connecter le monde, mais c’est désormais Google qui dévoile son projet baptisé Skybender. Pour découvrir ce dernier, il faudrait se rendre au Nouveau-Mexique, car l’entreprise teste son concept à base de drones solaires. Ces derniers se trouvent au centre spatial et ils auraient la particularité de construire un réseau 5G. Dans le secteur de la téléphonie mobile, les opérateurs bataillent à coups de 4G voire de 4G+, mais la prochaine technologie est déjà dans les cartons.

La 5G via des drones solaires serait 40 fois plus rapide que la 4G

Il faut noter que pour les amateurs de vitesse, la 5G a un réel atout. En effet, en matière de téléchargements, la rapidité est largement plus importante. Par rapport à la 4G, les différentes statistiques mettent en avant une vitesse 40 fois plus élevée. Si la première phase d’expérimentation est concluante, Google aurait la capacité de dispatcher à travers le monde ces fameux drones qui fonctionnent avec l’énergie du soleil. En les connectant les uns aux autres, ce serait un gigantesque réseau 5G qui serait disponible. Un intérêt est à souligner, car un tel fonctionnement permettrait à des régions reculées d’obtenir un accès au Web.

Google teste son réseau 5G jusqu’en juillet 2016

Tous les jours, nous utilisons des Smartphones, des tablettes et des ordinateurs connectés à la toile et cette habitude est bien intégrée dans notre quotidien. Ce n’est toutefois pas le cas pour une multitude d’habitants dans le monde et même en France qui n’ont pas la chance de jouir d’un tel accès. En parallèle, avec les drones solaires, Google dévoile un désagrément de taille et il s’articule autour de la portée du signal. Cette dernière serait 10 fois moins importante que celle listée pour la 4G qui est relayée par une antenne classique. Ce réseau a donc son lot d’avantages, mais il n’est pas parfait, il aura quelques points négatifs. Pour effectuer un tel test, Google a été contraint de demander une autorisation à la FCC et elle a été délivrée jusqu’au mois de juillet 2016.