De plus en plus, le revenu universel commence par s’imposer au sein de la Silicon Valley. Il s’en est même suivi une étude sur ses différentes possibilités d’application.

 

10 milliards de dollars pour une réflexion autour

Il est à penser que la Silicon Valley prend très au sérieux la question du revenu universel. Depuis quelque temps, elle est même devenue récurrentes, s’imposant comme incontournable dans plusieurs conférences et rencontres. Au point où l’Economic Security Project vit le jour pour mener des réflexions sur le sujet. Des fonds ont été mobilisés pour conduire ces réflexions, soit 10 milliards de dollars. Ces fonds sont venus de la participation de patrons de startups, de professeurs d’universités, mais aussi de PDG de sociétés.

 

Les raisons d’une telle ampleur du phénomène

Comme on le sait, les habitants de la Silicon Valley sont devenus milliardaires en inventant des logiciels et des robots capables d’exécuter plusieurs tâches à la place de l’homme ; et dans bien des cas, plus rapidement et plus efficacement que ce dernier. Au demeurant, ce sont des postes  qui ont été supprimés et des chômeurs qui ont été créés. Ainsi, ce projet vise, pour les coupables de cet état de choses, à rééquilibrer la balance en quelque sorte.

Et là-dessus, une expérience a failli voir le jour dans la ville d’Oakland en Californie. Il s’agissait de verser une somme régulière de 1000 à 2000 dollars mensuellement aux habitants.  « Nous ne sommes pas sûrs de son fonctionnement, ou même de s’il s’agit d’une bonne solution, et c’est pour cela que nous conduisons cette étude. », avait déclaré Elisabeth Rhodes, en charge du programme. Mais le projet n’a pas vraiment aboutit puisqu’il fut heurté à l’incompréhension des associations d’aides aux plus démunis, qui ont estimé que la Silicon Valley pouvait se permettre de financer ce genre de projet, mais surtout pas de les piloter, puisqu’elle ne sait rien de la vie des cibles.