C’est une véritable surprise qui risque de faire frissonner les puristes ; la marque emblématique Harley-Davidson vient tout juste de présenter en avant-première son modèle LifeWire. Sur le circuit du centre d’essais Michelin, à Clermont-Ferrand, les testeurs pourront se vanter d’avoir chevauché la première moto de la marque 100% électrique. La fin d’une légende ou une idée de génie ?

La compagnie américaine ne cache pas son envie de s’attaquer au marché de la moto électrique. Ainsi, elle a déjà présenté sa moto sur sol national l’an dernier. Avant de se lancer dans ce nouveau virage, un test grandeur nature a été effectué auprès de 15’000 clients. Cela fait autant d’avis sur le projet, avec 6’800 testeurs sur les 30 étapes de la tournée d’essai organisée sur tout le Nouveau continent. Harley-Davidson prévoit de réitérer l’opération en Europe, notamment en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Allemagne et au Royaume-Uni. Le but de l’opération est de prendre la température des passionnés, voir les potentiels d’avenir de l’électrique et les améliorations pointées du doigt par les testeurs.

Car il faudra certainement quelques étapes avant que la LifeWire trouve le chemin des concessions de la marque. Pour le moment, son autonomie est de seulement 85km. Le bruit est également une grande préoccupation. Si 86% des pilotes estiment que les sensations de pilotage sont satisfaisantes, il faut cependant faire le deuil du bruit de moteur thermique, l’inimitable. Gérard Staedelin, patron de la marque en France, compare cette évolution comme le passage du rock’n’roll à la guitare électrique, ou encore l’avion de chasse.

La marque ne va toutefois pas se lancer dans une production à grande échelle, et tient au contraire à faire mûrir son projet pour faire porter les objectifs de commercialisation à 2020. De quoi se rassurer ; nous pourrons entendre le mythique vrombissement du moteur thermique encore un bon moment.