Les rumeurs sont souvent nombreuses concernant l’utilisation de WhatsApp par des personnes malveillantes. Cette affaire qui se déroule au Brésil illustre à nouveau ces spéculations. La justice a décidé de bloquer l’application de Facebook pendant plusieurs jours.

WhatsApp enchaîne les blocages depuis 2015

Alors que le réseau social de Mark Zuckerberg a supprimé plus de 30 000 fois la photo odieuse de l’intérieur du Bataclan, Facebook est confronté à un nouveau blocage au Brésil. Le juge Sergipe est sur le point d’étudier une affaire concernant un trafic de drogue, cela a donc donné lieu à cette décision qui pèse lourd dans les pertes financières. Ce n’est pas la première fois que les Brésiliens sont dans l’incapacité d’utiliser l’application, car, en décembre 2015, un blocage de 48 heures avait été décidé.

Au début de la nouvelle année, WhatsApp a subi une situation similaire au Maroc. Facebook n’a pas communiqué sur ce nouveau blocage qui montre que les personnes malveillantes sont nombreuses à converser via ce procédé. Le réseau est toutefois invité à partager avec la justice des données concernant les personnes présentes dans ce trafic. Déjà après les attentats parisiens du 13 novembre dernier, des voix s’étaient élevées concernant une telle utilisation pour planifier des actes malveillants.

Le malheur des uns fait le bonheur des autres

De quoi ravir Telegram, une application de messagerie instantanée concurrente. «Plus d’un million d’utilisateurs nous ont rejoints, et ça continue», se félicitait lundi soir Telegram sur son compte Twitter. Problème: «Les réseaux brésiliens ne peuvent pas recevoir les SMS que nous envoyons (nécessaire pour la création d’un compte, ndlr) à cause de la demande incroyable. Nous ne pouvons rien faire pour le moment.» Sur Twitter, les demandes d’utilisateurs impatients se sont multipliées dans la soirée. «Sorry, Brazil!», s’excusait Telegram.

Facebook n’a pas fourni d’informations sur une bande de trafiquants de drogue locale

“Nous avons ordonné le blocage de WhatsApp à partir de 14H00 (17H00 GMT) de ce lundi”, a déclaré un porte-parole de ce tribunal. Dans un communiqué, le tribunal explique que Facebook, propriétaire de l’application, n’a pas fourni d’informations sur une bande de trafiquants de drogue locale.

Ce juge a accepté un recours de la police fédérale, soutenu par le parquet, qui demandait de lever le secret sur les messages liés à l’enquête sur le trafic de drogue.

Les cinq opérateurs — TIM, Oi, Vivo, Claro et Nextel — ont déjà reçu l’ordre judiciaire et fait savoir qu’ils le respecteraient car ils sont passibles d’une amende de 500.000 reais (127.000 euros) par jour s’ils n’obéissent pas, selon la presse.

WhatsApp ne s’est pas encore prononcé

Ce même juge Marcel Montalvao avait décrété en mars la détention préventive de l’Argentin Diego Dzodan, vice-président de Facebook pour l’Amérique Latine.

Celui-ci avait été arrêté et interrogé le 1er mars à Sao Paulo pour avoir refusé à plusieurs reprises de collaborer à une enquête sur une bande de trafiquants du Sergipe qui communiquaient via WhatsApp. M. Dzodan aveit été relâché le lendemain, un autre juge du Sergipe ayant estimé la mesure “extrême”.

De son côté, l’application de messagerie assurait ne disposer d’aucun serveur au Brésil où seraient conservées les conversations. En décembre dernier, WhatsApp avait déjà été bloquée pendant 12 heures par un juge pour ces mêmes raisons de rétention d’informations.

Le blocage, qui avait révolté des millions d’utilisateurs, avait été annulé par une cour d’appel.

WhatsApp garantit la confidentialité à 100% de ses messages

Depuis 2013, WhatsApp proposait un concept de chiffrement partiel. Trois ans plus tard, l’application déploie massivement un procédé qui crypte à 100% les messages. Seuls les interlocuteurs seront en mesure de prendre connaissance du contenu.

Un expert en cybersécurité crypte à 100% WhatsApp
La filiale de Facebook a pour volonté de renforcer la protection des communications. La nouvelle version propose ainsi le même chiffrement pour les appels, les photos, les vidéos et bien sûr les textes. Il est important de noter que cette mise à jour est fonctionnelle par défaut. C’est le fruit du travail d’Open Whisper System qui est un acteur de choix dans la cybersécurité. Si vous souhaitez tester cette version de la messagerie instantanée, sachez qu’elle est active depuis mardi dernier.

Cela fait deux ans environ que WhatsApp développe un système de cryptage complet avec l’aide de logiciels fournis par Open Whisper Systems, une organisation à but non lucratif spécialisée dans la cybersécurité.
Lire la suite

WhatsApp va crypter ses messages avec TextSecure sous Android

L’application de messagerie mobile WhatsApp va renforcer la protection des messages en utilisant un logiciel de cryptage dont se sert l’ancien consultant en sécurité Edward Snowden.

WhatsApp veut chiffrer ses messages avec TextSecure
La société Open Whisper Systems a annoncé mardi un partenariat avec la messagerie instantanée rachetée par Facebook pour l’utilisation de son logiciel de cryptage TextSecure.

« Nous ne sommes qu’au début de ce lancement mais nous estimons qu’il s’agit déjà du plus grand projet de chiffrement bout-à-bout de l’histoire », a fait valoir Open Whisper Systems sur son blog.
Lire la suite