Amazon, qui ambitionne de faire des livraisons par drones, menace de délocaliser une grosse partie de sa recherche en la matière en dehors des Etats-Unis, faute d’obtenir rapidement le feu vert du régulateur aérien américain pour ses tests en extérieur.

Drones : Amazon remet la pression sur la FAA pour des essais de vol

“Sans la capacité de réaliser bientôt des tests en extérieur aux Etats-Unis, nous n’aurons pas d’autre choix que de déplacer davantage de nos ressources de recherche et de développement sur les drones à l’étranger”, prévient un vice-président du groupe, Paul Misener, dans une lettre à l’administration fédérale de l’Aviation américaine (FAA) datée de dimanche, et dont l’AFP a eu copie lundi.

Il explique en effet que “pour l’instant, le plus gros de nos efforts de recherche-développement, y compris les tests en vol, est réalisé dans notre laboratoire et nos sites de tests intérieurs dans l’Etat de Washington”, mais qu’il est désormais temps de passer à l’étape de tests suivante, en extérieur.

Le groupe a déjà commencé à en faire à l’étranger, mais se dit “très inquiet” de ne pas encore avoir le feu vert de la FAA pour pouvoir le faire aux Etats-Unis.

Le patron-fondateur du géant américain de la distribution en ligne, Jeff Bezos, avait évoqué pour la première fois fin 2013 son projet “Prime Air”, visant à livrer des petits paquets par drone en maximum 30 minutes.

Lire aussi : Idée cadeau pour Noël offrez un Drone !

Lors d’une conférence sectorielle la semaine dernière, il avait relevé que le principal obstacle n’était pas technologique, mais “réglementaire”, jugeant “triste, mais possible que les Etats-Unis soient en retard” et “que d’autres pays les aient avant”.