Les marques de PSA Peugeot Citroën proposeront à la vente des voitures hybrides (essence-électricité) rechargeables sur secteur d’ici à la fin de la décennie, a annoncé mercredi le patron du groupe automobile français, Carlos Tavares.

M. Tavares, en marge de la présentation des résultats financiers de son entreprise pour l’année 2014, a également précisé que PSA (marques Peugeot, Citroën et DS) travaillait en parallèle sur un groupe motopropulseur 100% électrique destiné à ses véhicules les plus petits.

“Nous allons introduire une technologie plug-in hybride essence sur notre plate-forme (…) qui soutient les véhicules haut de gamme de nos trois marques” à l’horizon 2019, a indiqué M. Tavares.

En entrée de gamme, PSA proposera un moteur électrique “qui nous permettra de disposer de véhicules complètement zéro émission”, a ajouté le président du directoire de PSA, groupe qui propose déjà de très petites voitures électriques, la C-Zero et l’iOn, dont la diffusion est confidentielle.

En novembre, une étude du groupe Xerfi avait estimé que les hybrides devraient représenter 16% du marché français des véhicules légers en 2020. Et le 5 février, un sondage Tilder-LCI-OpinionWay, réalisé dans la foulée des annonces de la mairie de Paris pour lutter contre la pollution atmosphérique, indiquait que 35% des personnes interrogées disaient vouloir opter pour une voiture hybride lors de leur prochain achat.

Les chiffres de vente sont toutefois encore modestes: en 2014, il s’est vendu près de 47.000 voitures hybrides en France, soit 2,4% du marché des véhicules particuliers. Le constructeur japonais Toyota, avec sa marque Lexus, a écrasé la concurrence en s’arrogeant 70% de ces ventes.

L’annonce de PSA intervient alors que le géant allemand Volkswagen est en train de déployer dans sa gamme la technologie hybride essence rechargeable, qui permet de rouler quelques dizaines de kilomètres sans consommer une goutte de carburant tout en préservant une autonomie de véhicule classique sur long trajet.

Cette technologie reste toutefois coûteuse.

PSA, qui avait fait le choix de développer un système hybride diesel sur ses versions haut de gamme (Peugeot 3008 et 508, Citroën DS5), avait présenté au Mondial de Paris en octobre un système combinant moteur à essence et réservoir d’air comprimé. Mais M. Tavares avait indiqué que le groupe n’avait pas vocation à commercialiser cette technologie sans assurance de rentabilité et d’un partage des coûts avec un partenaire, qui ne s’est pas concrétisé.