Ils sont huit personnes à accepter de porter cette puce électronique sous la peau de leur main. Ils se sont portés volontaires pour porter les puces sous leur peau, une puce qui a coûté 100 euros chacune et à la charge de l’entreprise.

 

Ouvrir porte et ordinateur

L’idée est venu, en fait, après que plusieurs employés de la société Newfusion ont perdus leurs badges. De ce fait, pour éviter que cela ne se reproduise plus, les dirigeants ont proposé la solution d’implant aux salariés et ils ont été huit à accepter. Pour ces personnes donc, fini les badges et les mots de passe oubliés, puisque maintenant, tout est enfoui dans la puce à la taille de riz. Maintenant, grâce à cette clé électronique implantée dans leur chair, ils pourront ouvrir la porte d’entrée de l’entreprise ou activer leur ordinateur. C’est une idée assez pratique, et selon même les aveux des volontaires, c’est loin d’être une inquiétude mais plutôt une excitation.

Une idée pas si nouvelle que ça

Newfusion n’est pas la première à tenter cette expérience puisqu’il y avait déjà une société suédoise qui a pratiqué la même opération à ses 450 employés. Cette fois-ci, l’objectif était de « faciliter l’identification ».  Autre exemple, il y a plus de 10 ans, une discothèque de Barcelone a implanté des puces à ses clients pour payer leurs consommations.

Cependant, les avis divergent sur le sujet, puisque certaines personnes, comme le président de la ligue des Droits de l’Homme belge, ne sont pas d’accord à l’application de telle idée. Selon eux, comme ces puces peuvent contenir des informations très personnelles sur la santé de la personne par exemple, alors, si cela tombe entre les mains de personne mal-intentionnées, ce sera vraiment très dangereux. Ainsi, c’est un choix très difficile  que chaque personne amenée à le faire dans sa vie, doit longuement réfléchir avant de prendre de telle décision.