Selon le directeur général de l’ESA, Jean-Jacques Dordain, un programme de véhicule automatique ATV permettant de développer un module pourrait être utilisé pour envoyer des astronautes autour de la lune d’ici 2020. L’Agence Spatiale Européenne participera au développement du module de service de l’engin pour assurer la réussite du projet.

 

Première utilisation du véhicule spatial en 2018

Pour tester les capacités du nouveau lanceur Space Launch System de la NASA et valider les performances du véhicule spatial Orion avant son utilisation pour un vol habité, un premier essai de vol inhabité sera effectué. Le vaisseau de 3,5 tonnes fera ainsi le tour de la lune et reviendra sur Terre pour la première fois en 2018 lors de l’Exploration Mission-1.

Le module portera à la fois le moteur, les systèmes de ravitaillement électrique à base de panneaux solaires et la capsule habitée. Il pourra ainsi fournir l’énergie nécessaire à sa propulsion dans l’espace et embarquer les réserves d’eau, d’oxygène et de carburant essentiels à la survie des astronautes.

 

Quatre astronautes assureront la réalisation des premières explorations

Le premier vol habité de ce module de service européen qui est prévu en 2021, emportera quatre astronautes américains pour une mission circumlunaire de plusieurs jours. Jusqu’à maintenant la durée et le profil de vol ne sont pas entièrement déterminés. Plusieurs scénarios types sont encore à l’étude.

La durée de la première mission pourrait se prolonger de 8 à 21 jours et diverses options de survols lunaires sont envisagées, dont celui au point de Lagrange 2 qui se trouve à 61 548 km de la lune. En cas de panne du système de propulsion du vaisseau, il évoluera sur une trajectoire de retour libre qui lui permettra de revenir automatiquement sur Terre même si le moteur est hors service.