Vieille de plus de trente ans, la théorie selon laquelle le cœur d’Uranus et de Neptune connait une forte pluie de diamant vient d’être réétudiée par des scientifiques de l’Université de Stanford. Les détails de l’expérimentation ont été publiés dans la revue Nature Astronomie du lundi 21 août.

Une théorie qui date de plus de 30 ans

Ça fait plus de 30 ans que la théorie a été annoncée. Selon cette théorie, Uranus et Neptune, les deux géants gazeux, disposent des conditions adéquates pour qu’une pluie de diamants puisse se former à seulement 10.000 km en profondeur.

Cette théorie, les scientifiques de Stanford Linear Accelerator Center pensent l’avoir enfin vérifiée. Grâce à des expérimentations menées dans leur laboratoire, ces physiciens ont réussi à recréer les conditions nécessaires pour la formation de ces pluies de diamants.

Rappelons qu’il faut au moins deux conditions pour qu’une planète puisse se transformer en diamant, à savoir la température et la pression. Sous une forte pression (10.000 atmosphères) et à des températures extrêmes (+1.000 °C), les atomes de carbones peuvent ainsi se cristalliser et donner naissance au plus brillant et plus consistant de tous les matériaux, le diamant.

L’usage d’un laser optique très puissant sur un tube en polystyrène a été le principal vecteur de la réussite de cette simulation.

Évidemment, les expériences menées au sein du SLAC ne pouvaient être réalisées qu’en modèle miniature par rapport à ce qui se passerait sur les deux gazeuses. Résultat, les carbones se sont bien transformés en pluie de diamant, mais plutôt en une « particule de diamants » ou nanodiamants.

D’après les multiples observations faites à partir des missions spatiales envoyées sur les deux planètes, les mers de diamant sur Uranus et Neptune pourraient bien être évaluées à des « millions de carats », voire encore plus.

Les scientifiques pensent qu’avec le temps, les pluies de diamant pourraient envelopper chaque noyau des deux planètes. Il est tout à fait envisageable que leur noyau se transforme même en un immense « cœur de diamant ».