L’agence spatiale russe passe pour peut-être la plus grande série noire de son histoire avec un nouvel échec et la perte d’un satellite mexicain. en effet la fusée Proton-M n’a pu mettre correctement en orbite le satellite MexSat-1, le satellite n’a pu se détacher du lanceur et définitivement perdu. Les causes sont en train d’être identifiées, a précisé l’agence spatiale Roscosmos dans un communiqué.

«Le satellite mexicain est perdu. Les lanceurs de fusées du type Proton seront maintenus au sol jusqu’à ce que la cause soit identifiée»

Une source à l’agence spatiale à expliqué à l’agence de presse gouvernementale Ria Novosti que les communications avec la fusée Proton avaient été perdues environ une minute avant l’heure à laquelle le satellite aurait dû se séparer du troisième étage de la fusée. Le satellite n’a pu se détacher du lanceur et ne fonctionnera pas, a ajouté cette source.

«Le satellite mexicain est perdu. Les lanceurs de fusées du type Proton seront maintenus au sol jusqu’à ce que la cause soit identifiée», a précisé la source.  Le lancement a eu lieu à 08H47 heure de Moscou (05H47 GMT) depuis Baïkonour, au Kazakhstan.

Cet accident a eu lieu quelques heures après que les moteurs d’un engin spatial Progress M-262M amarré à la Station spatiale internationale (SSI) eurent échoué à se mettre en marche à l’heure prévue pour corriger son orbite, a annoncé l’agence spatiale. «Les causes sont étudiées par les experts au centre de contrôle des vols», a déclaré Roscosmos. Une source à l’agence spatiale a précisé à Ria Novosti qu’un second essai pour mettre en marche les moteurs de Progress devrait être effectué lundi, à moins que les contrôles ne révèlent de «sérieux problèmes».

Ces déboires interviennent moins d’un mois après que le vaisseau cargo inhabité Progress censé ravitailler la Station spatiale internationale a perdu le contact avec la Terre, peu de temps après son décollage le 28 avril et s’est désintégré dans l’atmosphère le 8 mai.  Cet accident a obligé Roscosmos à retarder à juin le retour de trois astronautes de l’ISS qui devaient revenir sur Terre jeudi dernier.

La Russie a connu ces dernières années une série de problèmes qui ont mis en lumière des manques dans son programme spatial.  Un autre cargo Progress s’était ainsi écrasé en Sibérie peu après son décollage en 2011 et Moscou a perdu plusieurs satelites commerciaux.  Depuis la mise en sommeil du programme de navette spatiale américain, Moscou a le monopole de l’envoi d’astronautes vers l’ISS, depuis son centre spatial de Baïkonour.