Un responsable du secteur spatial russe a annoncé aujourd’hui que les trois membres de l’équipage de la Station spatiale internationale (ISS), le Russe Anton Chkaplerov l’Américain Terry Virts et l’Italienne Samantha Cristoforetti, qui devaient revenir sur Terre jeudi, seront contraints de rester en orbite encore un mois en raison de la perte du vaisseau Progress et des vérifications de sécurité que cette perte entraine.

Leur retour aurait été “inapproprié” une semaine seulement après l’accident du vaisseau cargo Progress

Le retour sur Terre des spationautes est en conséquent reporté à début juin, a déclaré le directeur des vols du segment russe de l’ISS, Vladimir Soloviev. Il s’agit selon le site de la Nasa, de l’expédition 43, composée du Russe Anton Chkaplerov, de l’Américain Terry Virts et de l’Italienne Samantha Cristoforetti.

Selon M. Soloviev, leur retour aurait été “inapproprié” une semaine seulement après l’accident du vaisseau cargo Progress, qui s’est désintégré le 8 mai dans l’atmosphère, après sa perte de contrôle par les opérateurs russes peu après son décollage.

“Les cosmonautes ont pris la nouvelle, bien sûr, avec compréhension, et ont accepté de rester travailler encore un mois en orbite”, a poursuivi le responsable russe, cité par l’agence de presse russe Interfax. La nouvelle équipe de l’ISS, qui devait initialement décoller le 26 mai du cosmodrome de Baïkonour, ne rejoindra la Station qu’à la fin juillet, après un nouvel essai de lancement d’un vaisseau de ravitaillement Progress vers l’ISS, a affirmé M. Soloviev.

“Nous essayons de conserver en l’état la suite du programme pour l’année”, a-t-il poursuivi, ajoutant que le programme de vol pour septembre n’avait pas été changé. La Russie fait décoller chaque année trois à quatre vaisseaux cargo chargés de ravitailler la Station spatiale internationale.

La perte du Progress M-27M constitue un coup dur pour le secteur spatial russe

La perte du Progress M-27M, qui a coûté près d’un demi-milliard d’euros, constitue un coup dur pour le secteur spatial russe, un domaine stratégique déjà dans le collimateur du pouvoir pour de cuisants revers. Une commission d’enquête a été chargée d’établir les circonstances de l’incident, qui donnera ses conclusions le 22 mai.

La Russie fournit à la station son principal module, où se situent les moteurs-fusées, et les vaisseaux russes Soyouz sont, depuis l’arrêt des navettes spatiales américaines, le seul moyen d’acheminer et de rapatrier les équipages de l’ISS.

Seize pays participent à l’ISS, avant-poste et laboratoire orbital mis en orbite en 1998 qui a coûté au total cent milliards de dollars, dont la Russie et les Etats-Unis, qui en financent la plus grande partie. Outre la Russie, l’Europe ne s’est pas non plus engagée à financer l’ISS après 2020.