Il y a quarante ans, les deux sondes Voyager I et II quittaient la Terre pour une mission dont l’objectif est d’explorer le système solaire. Toujours en état de marche, les deux sondes spatiales ont depuis transmis leurs découvertes à la NASA, le principal initiateur du projet.

Entre les exploits et les découvertes

En 1977, la NASA a envoyé deux sondes jumelles vers l’espace pour une mission d’une durée de plus d’une quarantaine d’années. Voyager I et Voyager II sont comme deux bouteilles lancées à la mer, mais cette fois-ci dans l’espace.

Elles ont été lancées (20 août et 5 septembre 1977) pendant la guerre froide. Leur mission est d’aller à la rencontre des autres corps célestes situés dans le système solaire, voire plus si leurs générateurs thermoélectriques leur permettent toujours d’aller plus loin.

Deux ans après leur envol, entre 1979 et 1981, les deux sondes font leur premier exploit : celui de survoler les deux géantes Jupiter et Saturne et de les photographier. Viennent ensuite le tour d’Uranus (1986) et celui de Neptune (1989).

À l’heure actuelle, la sonde Voyager I est à plus de 20,8 milliards de kilomètres de la Terre et sa sœur jumelle, à 17,1 milliards de kilomètres.

Comparées à notre logique, ces deux distances sont considérables. D’ailleurs, les deux sondes mettent respectivement 19 heures et 20 heures pour nous faire parcourir leurs signaux.

En 40 ans, Voyager I et II ont fait quelques dizaines de découvertes dont les plus importantes sont la photo de la tempête éternelle de Jupiter et les anneaux de ce dernier, les photos de la surface d’Europe, le volcanisme d’Io et la mise en évidence de la composition de l’atmosphère d’un des satellites de Saturne (Titan).

Voyager I et II devront d’ici 2020 être encore en état de marche et devra quitter l’héliopause qui marque la limite de notre Système solaire.