Depuis le samedi 12 septembre, la planète Terre compte une personne de plus. En effet, le russe Gennady Padalka, 57 ans, est redescendu de la station spatiale internationale (ISS) au Kazakhstan, avec deux autres astronautes : KazakhAidyn Aimbetov et Andreas Morgensen.

Ceux qui sont redescendus avec lui samedi, Andreas Mogensen, le premier Danois dans l’espace, et Aidyn Aimbetov, le troisième cosmonaute de son pays, n’ont passé que peu de temps dans l’ISS: ils avaient décollé à bord du Soyouz TMA-18M le 2 septembre et n’ont accosté la station que le 4 septembre.

Le recordman du temps passé dans l’espace est rentré sur Terre

Il est devenu depuis 00h51 heure terrestre, le cosmonaute ayant passé le plus de jours cumulés dans l’espace : 879 jours. Il bat ainsi le records du russe Sergei Krikalev (803 jours) vieux de 10 ans ! “L’atterrissage a eu lieu. Tout va bien”, a déclaré le porte-parole de l’agence spatiale russe.

En plus de son nouveau record, il est le seul homme sur Terre a avoir commandé l’ISS à quatre reprises sur 4 missions. Son premier voyage de 199 jours a eu lieu sur la station Mir et s’est déroulé en 1998, puis son deuxième voyage sur l’ISS avait duré autant de temps en 2006. Après un atterrissage réussi, le trio a été amené à l’aéroport d’Astana, où ils ont rencontré le président de la République du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev.

L’ISS tourne autour de la Terre depuis 1998

Commandant la 44e expédition vers l’ISS, dont la construction a coûté 132 milliards de dollars et doit se terminer en 2017, tournant autour de la terre à environ 28 000 kilomètre par heure depuis 1998, a rendu également son retour historique, entouré des responsables du programme spatial russe, assis buvant du thé et mangeant une pomme.

Un des rares programmes de coopération internationale entre la Russie et l’Occident, les voyages spatiaux n’ont pas été annulés à cause du conflit en Ukraine. Malgré cela, le programme spatial a connu des problèmes par la suspension, fin avril, de tous les voyages dans l’espace pour presque trois mois après l’échec du vaisseau-cargo sans pilote (Progresse) qui avait perdu le contact avec la terre et s’était consumé dans l’atmosphère.