La sonde New Horizons a commencé à explorer Pluton après plus de neuf ans de voyage et 4,8 milliards de kilomètres parcourus. C’est vers le 14 juillet que la sonde de la NASA sera au plus proche de cette planète naine plus petite que la Lune. C’est seulement le 15 janvier dernier que New Horizons s’est réveillée après une période d’hibernation de 1.873 jours destinée à préserver ses instruments et ses systèmes électroniques

L’atmosphère entourant Pluton rend impossible une mise en orbite

Jusqu’à présent, les images transmises ne sont que des points lumineux que les scientifiques de la Nasa utilisent pour guider le vaisseau vers sa destination, située très précisément à 12.500 km de la surface de Pluton, point le plus proche du survol.

L’atmosphère entourant Pluton, découverte en 1930, rend impossible une mise en orbite autour de la planète, ce qui force la sonde à une observation à distance. Malgré la faible luminosité de Pluton et de sa lune Charon, New Horizons devrait recueillir des données sur la géologie des deux astres et établir une topographie précise.

“New Horizons est en route pour Pluton, la plus grande et la plus complexe des planètes naines de la ceinture de Kuiper”, un vaste anneau de débris entourant le système solaire, a lancé Alan Stern du Southwest Research Institute (SWRI) dans le Colorado (ouest), principal responsable scientifique de la mission.

“Cette rencontre du 21e siècle sera une exploration aux retombées (…) sans équivalent depuis les missions Voyager dans les années 1980”, a-t-il expliqué mardi lors d’une conférence de presse. Les deux sondes Voyager, dont une est sortie du système solaire, ont survolé les planètes Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune ainsi que 48 de leurs satellites.

“Grâce à ce survol sans précédent en juillet prochain, nos connaissances de Pluton et de ses lunes vont s’étendre exponentiellement et je n’ai aucun doute qu’on va faire des découvertes passionnantes”, a ajouté John Grunsfeld, le patron des missions scientifiques de la Nasa.

Plus petite que la Lune

Pluton, qui a cinq lunes, possède une atmosphère formée d’azote, un système complexe de saisons, des caractéristiques géologiques distinctes et est composée principalement de roches et de glace.

La planète naine tourne autour du soleil en 247,7 ans. Avec un diamètre de 2.300 kilomètres, elle est plus petite que notre Lune et d’une masse 500 fois plus faible que celle de la Terre. Pluton pourrait aussi posséder un océan d’eau sous l’épaisse couche de glace, tout comme sa lune Charon, où une atmosphère pourrait aussi exister.

Une fois que la sonde aura achevé sa mission d’observation de Pluton et de Charon, elle pourrait poursuivre son périple pour se rapprocher d’autres objets de la ceinture de Kuiper, vaste amas de débris au-delà de l’orbite de Neptune laissé au moment de la naissance du système solaire il y a 4,6 milliards d’années.

Hubble guide New Horizons à distance

Grâce au télescope spatial Hubble, la mission scientifique de New Horizons a identifié trois objets potentiellement intéressants, que la sonde pourrait aller scruter. D’un diamètre de 25 à 55 km, ils se situent à environ 1,5 milliard de km de Pluton. Le vaisseau emporte à son bord sept instruments dont des spectromètres à images infrarouge et ultraviolet, deux caméras dont une télescopique à haute résolution, deux puissants spectromètres à particules et un détecteur de poussière spatiale.

New Horizons dépend pour son énergie électrique d’un seul générateur thermoélectrique et fonctionne avec moins d’électricité que deux ampoules de 100 watts. La Nasa invite aussi les internautes, et ce jusqu’au 24 avril, à aider les scientifiques à baptiser les lieux géographiques de Pluton et de ses lunes.

En 2006, l’Union astronomique internationale avait retiré à Pluton son statut de planète vu sa petite taille, qui l’apparente maintenant à la catégorie des planètes naines. Le système solaire ne compte plus désormais que huit planètes.