Chez les physiciens actuellement, l’existence de la matière noire est un sujet à controverse. Contrairement à ce qui a été avancé depuis des années, des physiciens théoriciens comme Erik Verlinde viennent remettre en cause l’existence de la matière noire.

 

L’origine de la théorie de la matière noire

C’est dans les années 1930 que l’astronome Fritz Zwicky évoquait pour la première fois, l’hypothèse de l’existence de la matière noire. Cette hypothèse sera ensuite abandonnée jusqu’aux travaux de l’astronome Vera Rubin en 1960. Disparue en décembre dernier, Vera Rubin est une chercheuse ayant mené une carrière remarquable dans le domaine de la physique, un domaine habituellement peuplé d’hommes. Pour plusieurs physiciens, Vera Rubin méritait le prix Nobel pour ses travaux sur la rotation des galaxies spirales. Après des observations à l’institut Carnegie de Washington, Vera Rubin avait déduit que la vitesse des étoiles dans les galaxies spirales était relativement constante à partir d’une certaine distance, ce qui n’est pas tout à fait exact avec les lois de Newton. Elle était venue à la conclusion que la force gravitationnelle de la matière visible n’était probablement pas suffisante pour retenir les étoiles. C’est ainsi qu’à l’université de Princeton, James Peebles et ses collègues suggérèrent l’existence de la matière noire qui interagirait avec la matière visible.

 

Une théorie qui peine à être prouvée

Depuis cette époque, la matière noire est devenue un ingrédient incontournable en cosmologie et en astronomie. On l’utilisa pour expliquer de nombreux phénomènes métaphysiques. Cependant, sa nature exacte demeure un mystère. La plupart des chercheurs avancent que la matière noire est constituée de particules exotiques qui, actuellement ne sont pas déterminées, mais qui sont potentiellement observables. Reposant sur l’interaction qu’ont supposé James Peebles et ses collègues, les physiciens considèrent qu’il devrait être possible de voir, avec l’appareil adéquat et la patience nécessaire, une matière ordinaire entrée en collision avec une matière noire. Les spécialistes du monde ne font donc qu’améliorer leurs détecteurs pour ses observations.Mais jusqu’à présent, les expériences n’ont encore donné aucun indice solide capable de prouver l’existence de la matière noire. De plus, la théorie est confrontée à certaines difficultés.C’est le cas par exemple de la théorie MOD et de celle d’Erik Verlinde.