Les députés du Front de Gauche comptent, a priori, voter contre le projet de loi sur le renseignement, craignant une atteinte aux libertés individuelles et un possible “outil dangereux” aux mains de “gouvernements autoritaires”, a indiqué mardi leur président.

Soulignant la “réticence très forte” des élus de son groupe devant le contenu du projet de loi, André Chassaigne a ajouté lors d’une conférence de presse qu’ils n’étaient “pas convaincus, pour le moment, que ce texte donne toutes les garanties sur la protection des libertés individuelle”.

“Cela peut être un outil dangereux qui peut être mis entre les mains de gouvernements qui pourraient être autoritaires -ce qui n’est pas le cas du gouvernement actuel”, a poursuivi le député communiste du Puy-de-Dôme.

Du coup, “dans l’état actuel de notre analyse, il est exclu que nous puissions le voter. Nous sommes a priori sur un vote contre, sous réserve d’évolutions. En commission, il semblerait qu’il y ait eu des évolutions sur des garanties, des garde-fous”, a-t-il précisé.

Les députés ont approuvé mercredi soir le projet de loi sur le renseignement en renforçant, parfois contre l’avis du gouvernement, les prérogatives de la nouvelle autorité administrative chargée de contrôler les techniques de surveillance à disposition des services.