Dans l’îlot Maly Liakhovski situé dans l’Océan Arctique, des chercheurs ont découvert pour la première fois la carcasse d’un mammouth gelé vielle de dix mille ans. Cette caressasse contient encore du sang de l’animal, et selon des scientifiques russes et sud-coréens, cette fantastique découverte pourrait permettre de cloner cet animal préhistorique.

Du sang miraculeusement conservé

Cette carcasse appartient à un mammouth laineux femelle âgé d’une soixantaine d’années, mais ce qui étonne les chercheurs c’est l’excellent état de sa conservation et particulièrement l’état de ses tissus musculaires, puisqu’en les touchant avec les doigts, les scientifiques stupéfaits ont vu du sang couler.

De ce sang miraculeusement conservé, les chercheurs russes espèrent réaliser l’exploit de cloner un mammouth, car cette découverte donne des chances réelles de trouver des cellules vivantes en parfait état et dont le noyau pourrait être transféré dans des ovules énucléés d’éléphant, puis ces ovules pourront être placés dans l’utérus d’une éléphante d’Asie ce qui pourrait donner naissance à un bébé mammouth laineux . Ce genre d’expériences sera mené dans le laboratoire sud-coréen qui a contribué au clonage de la brebis Dolly et qui réalise avec succès des opérations de clonage de chiens.

Mais bien que le projet de cloner un animal disparu depuis des siècles serait une prouesse technique majeure, pour de nombreux scientifiques, ce genre d’expériences posent de nombreux problèmes éthiques relatifs aux expériences faites sur des éléphants vivants et au principe même de ramener à la vie des espèces éteintes.